6. Plan d’action : les différentes méthodes d’investigation

Le TFE est un travail de fin d’études en médecine générale et doit traiter d’un sujet relatif aux fonctions du médecin généraliste[1].

Il peut être un travail de recherche-action, de synthèse ou de casuistique, de réflexion sur un sujet d’ordre éthique, déontologique, d’économie, de société, de pédagogie médicale ou relatif à toute autre fonction du médecin généraliste.

Il arrive – c’est même courant – qu’une question soit encore sans réponse, ou du moins sans réponse adaptée à votre pratique. Dans ce cas, la démarche scientifique consiste à mettre au point un protocole d’étude qui permette d’essayer de la trouver. Il s’agit d’un domaine où la discipline de la médecine générale a encore beaucoup à faire.

Une expérimentation clinique en pharmacologie ne vous est pas accessible. Dans le cadre limité du TFE, il est peu probable que vous disposiez de l’infrastructure et des moyens des firmes pharmaceutiques pour réaliser une étude clinique randomisée (RCT) en bonne et due forme.

Par contre, il est tout à fait accessible à un généraliste de réaliser une étude qualitative ou quantitative au sein de sa patientèle, du type enquête ou recherche-action. Il sera peut-être nécessaire de vous approprier l’une ou l’autre technique de récolte et d’analyse de données : enquête, questionnaire écrit, focus group, groupe nominal, analyse de fichiers informatiques, etc.

L’intervention doit être décrite de façon détaillée, de façon à ce que le lecteur sache clairement qui a bénéficié de quelle(s) action(s) et à quel moment. Même si votre travail vous paraît accessoire au regard de la littérature mondiale, il est important que vous y mettiez de la rigueur, base de tout travail scientifique. Il importe de publier toutes les mesures, même celles qui semblent inintéressantes, contradictoires ou qui vont à l’encontre de l’objectif du travail. La discussion sur les échecs apparents de la méthode peut être tout aussi riche d’enseignements que des résultats mieux lissés. De plus, la littérature mondiale souffre de biais de non-publication, ce qui limite la validité des études publiées ; vous n’avez aucune justification économique pour tomber dans ce travers !

L’avis préalable d’un comité d’éthique est indispensable pour toute expérimentation impliquant directement des patients.

6.1. Types d’étude

6.2. Recherche qualitative

6.3. Recherche quantitative

6.4. Méthodes mixtes

6.5. Les méthodes de consensus

6.6. Recherche-action

6.7. Assurance de qualité

6.8. Recherche bibliographique

6.9. Réflexion éthique, déontologie, médico-économique.

 

 

Lecture suggérée

Frappé P. Initiation à la recherche. GMSanté et CNGE, 2011.

Un aperçu très complet des méthodes de recherche applicables à la médecine générale, de l’idée initiale à l’écriture des résultats, rédigé dans un langage simple et accessible.

Disponible ici au prix de 33,50 €

 

[1] Pour une définition de la médecine générale : 
http://www.woncaeurope.org/content/france-la-definition-europeenne-de-la-medecine-generale-%E2%80%93-medecine-de-famille